Axes > Axe 4 : Les temps du commerce populaire

Le colloque Metz 2021 entend aussi préparer le colloque exceptionnel de l’UGI organisé conjointement avec le CNFG, à Paris en 2022. « Le temps des géographes » a été choisi pour thème.

Les différentes échelles du temps peuvent être mobilisées. Tout d’abord celle du temps court, du temps présent avec ses rythmes journaliers, hebdomadaires, saisonniers et même annuels. Les marchés du soir dans les quartiers bourgeois des grandes villes, les marchés du dimanche (Lemarchand et al., 2017), les souks qui sont même dénommés en fonction du jour de la semaine, « souk es sebt » (littéralement souk du 7ème jour c’est-à-dire souk du samedi dans tout le Maghreb), peuvent être l’objet de multiples communications. La fréquentation des commerces populaires est-elle socialement différenciée en fonction des jours de la semaine, en fonction des heures de la journée ?

Puis celle du temps moyen qui est celui des évolutions, des mutations, des disparitions ou du renouveau mais aussi du temps éphémère de la popularité d’enseignes. C’est ce temps qu’il faut retenir pour percevoir et expliquer par exemple « l’embourgeoisement » de certaines enseignes tels que le hard discounter allemand Lidl ou de certains territoires du commerce populaire telles que les Puces de Saint-Ouen (Jacquot, Gravari-Barbas, 2018), pour observer la résistance, la rétraction voire l’éviction du commerce populaire dans les quartiers en voie de gentrification, pour suivre la recomposition du commerce dans les quartiers populaires au gré des transformations des classes populaires et de leurs espaces de résidence. Pour les commerces populaires qui disparaissent se posent la question de leur relocalisation ou d’un changement de profession... et celle des commerces sur lesquels se replient leurs clients.

Inversement, d’autres études peuvent attester d’un phénomène inverse de déclassement de territoires du commerce : centres commerciaux marqués par une baisse de standing, tout-petits centres commerciaux en déshérence ou en cours d’abandon dans des grands ensembles, outlet centers qui cherchent à élargir leur clientèle ou à s’adapter à une clientèle plus locale ; de déclassement de marques ou de changement de positionnement de marques selon les marchés à la manière de Stella, bière réputée haut de gamme à l’international alors qu’elle est commune en Belgique ; de paupérisation d’enseignes. C’est aussi le temps moyen qui permet d’étudier le retour et le renouvellement de formes de commerces populaires qui semblaient appartenir à d’autres siècles telles que les brocantes, vide-greniers, comices agricoles qui fleurissent dans de nombreux villages et petites villes, du printemps à l’entrée de l’automne et enthousiasment chineurs et adeptes du vintage.

Enfin, celle du temps long avec des analyses portant sur les trajectoires de commerces qui sont ou ont été populaires (par exemple, les petits commerces de quartier ou les « magasins populaires » depuis le XIXe siècle), sur les recompositions à long terme de territoires populaires au regard du commerce, ou une approche géohistorique d’implantation de commerces populaires dans la ville.

Personnes connectées : 1